Température de couleur

Température de couleur

19-05-2022
2040

Rédigé par Eric Boye | 20 mai 2022 | 


Introduction

La température de couleur est basée sur le modèle théorique d’un corps noir dont la surface n’émettrait que par effet thermique. Cette température est donnée en Kelvin, un équivalent du °C (0°C = 273,16K), et correspond à une couleur qui varie du rouge au bleu.

A l’école nous avons tous vu la flamme d’un bec bunsen, qui passe du rouge-orange quand la virole est fermée au bleu quand la flamme est la plus chaude.


 


Pour avoir un ordre d’idée des des valeurs de températures de couleur on peut se baser sur:

  • 1850K est la  température de couleur d’une flamme de bougie    
  • 5800K est la  température de couleur du soleil au zénith  
  • 9000K est la  température de couleur d’un arc électrique


Il ne faut pas confondre la température de couleur avec l’Indice de Rendu des Couleurs (IRC ou CRI en anglais) qui indique la capacité d’une lumière artificielle a rendre les nuances de couleurs. Donc plus l’IRC est élevé et plus la source permet de restituer des couleurs fidèles (la valeur maximale est donc de 100 et correspond à la lumière du jour).


Blanc Chaud et Blanc Froid

Il faut se méfier des raccourcis, les mots chaud et froid, même s’ils sont directement en lien avec la température de couleur, sont plus en rapport avec la sensation qu’ils procurent.

Donc les blancs chauds qui émettent une couleur jaune orangée agréable et chaleureuse correspondent à des températures de couleurs basse (inférieur à 4000K).

Les blancs froids correspondent donc à une teinte fraîche et froide qui a tendance à stimuler pour une température de couleur comprise entre 5000K et 6500K.

Et donc le blanc neutre se situe entre les 2.

Ci dessous un exemple d’éclairage de la S2R baton II, blanc froid et blanc neutre, je vous laisse deviner lequel est-ce.


 


Cas particulier d’une LED

La lumière "blanche", comme nous le savons tous, est la somme de plusieurs couleurs qu’un arc-en-ciel nous montre à chacune de ses apparitions.

Une LED (pièce maîtresse de nos lampes) par construction ne peut émettre qu’une couleur en particulier. Pour ceux qui ont connu le début des LEDs, la LED rouge et la LED verte sont apparues très vite puis la LED bleue. La LED blanche n’est arrivée qu’après, les premières LEDs blanches étaient constituées d’une LED rouge, d’une verte et d’une bleue.

De nos jours les LED blanches sont réalisées à partir d’une LED bleu (voir violette) et d’une ou plusieurs couches de luminophores qui vont “convertir” une partie de la lumière bleu en jaune (voir orange).

Pour être un peu plus concret, je vous propose la courbe ci-dessous ou l’on peut apercevoir en arrière plan la “densité spectrale relative” de la lumière du jour (IRC=100). Cette courbe représente la proportion de chaque couleur qui permet de produire une lumière blanche "parfaite". Sur celle-ci j'ai superposé les courbes de densité spectrale des LEDs d’un fabricant (bleu=blanc froid, rouge=bland chaud). En abscisse les chiffres représentent la longueur d’onde qui est l’équivalent de la couleur (que l'on aperçoit sur la courbe de la lumière du jour). En ordonnée vous l’aurez compris, c’est la proportion.




Pour les 2 types de blanc (froid-chaud) on voit sur la gauche un pic (vers 450nm qui correspond à la LED bleue) et l’effet de l’ajout de luminophores qui vient constituer une deuxième bosse sur la droite afin de rajouter du vert, du jaune et du rouge.

Il est aussi aisé de comprendre que pour le cas particulier des LEDs, si on désire un IRC élevé (le plus proche possible de la courbe “lumière du jour”) le blanc chaud semble le plus approprié. Cependant chaque constructeur a sa recette pour obtenir sa température de couleur désirée ainsi que son IRC.


Conseils d’utilisation

Blanc froid

Cette teinte de blanc est plutôt vive et a tendance à stimuler le cerveau, et donc les lampes qui émettent dans un blanc froid sont idéales pour réaliser des travaux de nuit ou dans des zones sans éclairage.De plus comme sa composante en bleu est plus marquée elle va accentuer le côté réfléchissant et donc permettre de bien distinguer des objets réfléchissant de très loin.



Blanc chaud

Cette teinte est très chaleureuse avec des reflets ocres ou dorés, elle aide à créer une ambiance pour se détendre.Elle est particulièrement adaptée à la lecture le soir et contribue à apaiser l’esprit.Les lampes qui émettent du blanc chaud ont aussi la caractéristique de mieux pénétrer par temps brumeux ou pluvieux.



Blanc neutre

Pour les lampes qui émettent du blanc neutre, vous l’aurez compris, on obtient le juste milieux. Des lampes pour un usage au quotidien, qui semblent particulièrement adaptées aux activités de plein air.Pour un IRC identique, ces lampes vont rendre des couleurs plus fidèles.

Conclusion

Vous l’aurez compris le choix de la température de couleur de votre lampe torche est personnel et ne dépend pas que de votre utilisation. L'appellation même des différentes teintes (froid-chaud) est basée sur les sensations que l’éclairage procure. Il ne vous reste plus qu'à faire votre choix…



Et pour ce moi de Mai, Olight nous propose un large choix de couleurs, de textures et de températures de couleur sur la nouvelle I5T Plus.

Pour la couleur nous retrouvons les 4 couleurs phares d’Olight, bleu, orange, vert olive (plus connu sous le nom de ODGreen) et noir.

Pour chaque couleur est disponible 2 textures:

  • la texture double hélice déjà présente sur les I3T, I3T plus et I5T
  • la nouvelle texture peeble (galet,caillou en anglais)



Et pour chaque modèle une déclinaison en :

  • Blanc chaud avec une température de couleur comprise entre 2700K et 3700K
  • Blanc neutre avec une température de couleur comprise entre 4000K et 5000K
  • Blanc froid avec une température de couleur comprise entre 2700K et 3700K

Comparatif avec la I5T:



Comparatif de l’évolution de la puissance lumineuse des dernières lampes OLIGHT ayant un gabarit proche:

 


Trois points notables sur les lampes tactiques
Rapport mensuel d'avril

Publier le commentaire

0/500

Recommendation